Magazine Manga ArtZone Espace Cosplay TM Mag Forum Blog Total Manga

La Fée Sauvage (Wild Faery)


Article La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview

Article rédigé par Gorkab Nitrix le 28 Août 2012 (dernière modification le 10 Novembre 2012)
Le logo de La Fée SauvageSortie de nulle part avec ses annonces fracassantes de concerts exceptionnels, La Fée Sauvage est le premier organisateur d'évènements musicaux à inviter Nobuo Uematsu à se produire sur les scènes françaises et belge, en plus de faire venir la tournée Distant Worlds : music from FINAL FANTASY à Paris pour la toute première fois.

Derrière ce nom, il y a bien sûr des femmes et des hommes, dont Julien qui a bien voulu répondre à nos questions et notamment à l'épineuse problématique du prix des billets, qui fait couler tant d'encre numérique depuis quelques mois. Musique Maestro !

  • Commençons par une petite présentation, pour ceux qui ne te connaissent très certainement pas !
La flyer de la tournée européenne d'Onmyouza en 2005Je suis Julien, le gérant de La Fée Sauvage, qui a été créée cette année au mois de février. Auparavant, j'étais aussi le gérant d'une autre société de production -qui s'appelle Paris Visual Prod- et qui a produit en France un certain nombre de concerts d'artistes japonais dont Ra:IN, Onmyo-za, KOKIA - il s'agissait du premier concert de j-pop en France -, Akino Arai - premier concert d'artiste dédié aux musiques d'animés -, Animetal, Nobuo Yamada - le chanteur des Chevaliers du Zodiaque - et Yôko Ishida - qui chantait le générique de Sailor Moon à l'époque.

  • Alors, comme tu le dis, La Fée Sauvage a été créée en février de cette année et deux mois après, soudainement, vous avez annoncé une série de concerts de Nobuo Uematsu. Comment est-ce que tu as réussi à le faire venir ? Est-ce que ton background a suffi à le convaincre ?
AOI avait bien du mal à vendre des places pour son concert en 2009…Non, ce n'était pas si soudain. J'avais arrêté Paris Visual Prod en 2009 parce qu'à l'époque, il y avait beaucoup trop d'artistes japonais qui venaient et qui étaient tous traités au même niveau, qu'ils soient majors ou totalement inconnus. Dans cette période-là, entre 2008 et 2009, il y avait une surcommunication avec un peu tout et n'importe quoi de dit, ce qui rendait très dur de faire venir de grands artistes et d'avoir une véritable différence de traitement. On nous présentait tout ce qui venait du Japon comme "le plus grand artiste", qu'il soit en réalité un artiste débutant, peu connu ou million seller et confirmé. C'était surtout lié à une méconnaissance très forte en dehors des milieux très spécialisés, et on a pu voir ce genre de phénomènes, dans une moindre mesure, dans l'anime ou le manga. Chez les concurrents, on a eu des artistes qui jouaient dans des salles en France jusqu'à 10 fois plus grandes qu'au Japon, où ils faisaient 50 personnes.

Nobuo UematsuPour Nobuo Uematsu, je l'ai rencontré au cours d'une interview que j'ai faite pour Planète Japon, et c'est vrai que l'artiste me fascinait donc je me suis dit : "Tiens, et si je lui proposais de venir jouer en France…". Et comme il était très très intéressé, il a cédé au coup de cœur. Rassuré, je pense, par mes productions précédentes d'autres artistes majors, nous avons commencé à discuter et à mettre tout ça en place. C'est là qu'on a monté la société pour faire cette tournée qui a dépassé toutes nos espérances. Le samedi 17 novembre 2012 à La Cigale s'est rempli en une semaine, le dimanche 18 novembre en deux semaines, le mercredi 14 novembre au Conservatoire royal - qui est une grande salle en Belgique - en un mois et demi. On a rajouté en plus une date au Dock Pullman le vendredi 16 novembre, donc tout le monde était vraiment très très content de l'accueil du public français et des fans qui se sont tous montrés présents.

  • Le Dock PullmanTous les billets ont-ils été vendus pour le Dock Pullman ou bien en reste-t-il encore ?
La date n'est pas complète, il y a encore des places car la salle est modulable et peut accueillir de 1 000 à 3 000 personnes. On adaptera en fonction du nombre, mais ça s'est déjà bien vendu puisque l'on a déjà plus de monde que pour La Cigale (1 389 personnes max, NDLR). Ça va être une très belle tournée.

  • Nobuo Uematsu sera seul pour jouer sur scène en novembre. Que va-t-il proposé ? Seulement du jeu vidéo avec FINAL FANTASY ou bien également quelques-unes de ses autres compositions ?
EARTHBOUND PAPASC'est une très bonne question que beaucoup de gens se posent. En fait, il faut savoir que c'est la toute première fois que Nobuo Uematsu fait un concert solo. Ce qui se passe d'habitude, c'est que soit il joue au Japon avec son groupe de reprises hard rock, les EARTHBOUND PAPAS - et anciennement les BLACK MAGES -, soit il fait des apparitions à Distant Worlds où il joue un morceau avant de rencontrer le public, mais il ne joue jamais ses morceaux en solo. Et c'était une requête que je lui ai faite, car l'attente des fans en France à mon avis était vraiment d'entendre les morceaux originaux et pas leurs reprises hard rock. Je voulais vraiment produire l'artiste sur scène, et lui a hésité, il a réfléchi : ça l'intéressait mais en même temps il était très "timide", malgré son immense carrière, de jouer en solo comme ça. C'est pour ça, je pense, que beaucoup de gens se posent des questions puisque c'est une première sur ce format-là. Et le format, justement, ça va refléter sa carrière : 80% de son travail est sur FINAL FANTASY, donc il va y en avoir une grosse part qu'il va jouer lui-même avec deux musiciens qui ont aussi participé aux OST, et il y aura quelques autres morceaux de son choix personnel, venant d'autres albums. À l'heure d'aujourd'hui, il n'a pas encore décidé mais je pense qu'il va faire ce qu'il aime, et les meilleurs morceaux de sa composition.

  • Qui dit rencontre de fans, dit forcément séance de dédicaces. Y en a-t-il une de prévue et, si oui, sera-t-elle organisée sur les lieux des concerts ou dans un grand magasin de type Fnac ou Virgin Megastore ?
Nobuo Uematsu en dédicace lors du Tokyozone 2004Sur les concerts de Nobuo Uematsu, on va fonctionner comme pour tous les concerts sur lesquels j'ai travaillé auparavant, c'est-à-dire avec une séance de dédicaces séparée, gratuite et ouverte au public, qui aura lieu le jeudi 15 novembre. Pourquoi ce jour-là ? Et bien parce que c'est le seul moment où il sera disponible car pas de concert. Le lieu n'est pas encore déterminé, mais ce sera effectivement dans quelque chose du type Fnac, ou un bar parisien. Après, la tournée étant extrêmement chargée, on sera obligés de limiter le nombre de dédicaces à 100 ou 200 personnes puisqu'on ne peut pas vraiment faire plus en deux heures. Tous les détails seront annoncés sur le site Internet ainsi que dans la newsletter.

Je ne le connais que de nom, je n'y suis jamais allé pour l'instant, mais j'irai y faire un tour. Le concept est intéressant, d'après ce que j'ai pu en voir jusque-là.

  • La tournée Distant Worlds a été annoncée peu après celle de Nobuo Uematsu. Était-ce un coup marketing savamment orchestré ou bien une opportunité qui s'est présentée au bon moment ?
Arnie RothÇa n'était absolument pas prévu ! (Rires) Pour répondre à la question, j'en ai entendu parler assez tardivement, en janvier de cette année, par le producteur de Nobuo Uematsu. Sachant que je n'étais pas du tout parti là-dessus au départ, puisque j'étais concentré sur la tournée solo, je savais juste que c'était quasiment bouclé pour la France avec plusieurs producteurs qui se battaient entre eux, avec un planning déjà prêt. Tout ça m'est un peu sorti de la tête, et c'est peu après la mise en vente, quand je suis retourné au Japon pour notamment discuter de la date supplémentaire du 16 novembre au Dock Pullman, que j'en ai rediscuté avec le producteur, persuadé que ça allait se dérouler dans les mêmes eaux que la tournée solo. À ce moment, on m'a appris qu'il y avait des problèmes et que rien n'était fait, donc je me suis proposé. Par la suite, j'ai pu rencontrer Arnie Roth et son manager, qui est le producteur officiel de Distant Worlds, et l'on a commencé à discuter vers la fin avril. Effectivement, ils avaient beaucoup de problèmes avec les autres producteurs et ça faisait quasiment un an et demi que rien ne se passait, mais en un mois, on a signé, réservé la salle, l'orchestre, on s'est mis d'accord et ça a mené à la mise en vente fin juin. Tout simplement.

  • Un an et demi de discussions, ça semble peu quand on considère que déjà en 2004, lors du Tokyozone, Nobuo Uematsu annonçait sa volonté de venir en France !
Le poster de l'édition 2004 du TokyozoneLa France est un pays qu'il veut vraiment faire depuis très longtemps, tout comme Square Enix, et je pense qu'il n'y a pas eu la bonne rencontre au bon moment, que ce soit avec nous ou un autre producteur. Mais ça s'est fait très naturellement en fait, avec la tournée solo qui se passait très bien, et le projet qui était extrêmement excitant. Ce sera la première fois qu'on aura un orchestre symphonique sur scène, ce qui donnera un show d'une grande qualité. J'étais vraiment emballé de travailler sur ce projet.

  • Vient à présent l'épineuse question du prix. Pourquoi est-ce aussi cher ?
Distant Worlds : music from FNAL FANTASYDans l'absolu, je suis d'accord que le prix n'est pas forcément donné. Ça reste un coût élevé pour un spectacle mais, après, j'ai été assez surpris de la violence des réactions et notamment de certains producteurs qui, je pense, n'avaient pas réussi à le faire. Il faut être réaliste : si le show ne s'est pas fait plus tôt, c'est parce qu'il coûte extrêmement cher à produire. Non pas pour une raison, mais pour un panel de raisons.

La première, c'est l'orchestre. On paye une centaine de musiciens professionnels, pas des amateurs ni de l'associatif. On leur demande de travailler vite, d'apprendre les morceaux rapidement et d'être au top dès la première performance, d'être au niveau et de jouer parfaitement. Là, le coût est complètement différent de la tournée solo de Nobuo Uematsu, ou encore d'un groupe de rock japonais. La deuxième chose, c'est le show en lui-même avec la licence Square Enix pour l'utilisation des images, en plus des cachets d'Arnie Roth et de Nobuo Uematsu. Enfin, une troisième chose dont les gens n'ont peut-être pas conscience, c'est que la France est l'un des pays les plus coûteux en terme d'organisation de concerts. En en ayant produit plusieurs à l'étranger, je pense parler en connaissance de cause, et non pas prêcher pour ma paroisse.

Une répétition de l'orchestre pour le Video Games Live 2009 au Palais des CongrèsD'une part on a un taux de TVA qui est un des plus élevés des pays traditionnels en comparaison des États-Unis, du Japon ou de l'Angleterre. Ensuite, on a des charges qui sont énormes que ce soit sur le social ou les taxes sur les salaires. Forcément, quand on a 100 musiciens, les charges sociales sont quelque chose que l'on regarde avec très grande attention. Après, contrairement à ce que l'on croit, plus on loue une salle qui est grande, et plus le coût par siège est élevé, il n'y aucune économie d'échelle, bien au contraire. Le Palais des Congrès reste une salle de prestige, de par sa proximité géographique avec les Champs-Élysées. Si on compte en plus les charges sur les bénéfices, terriblement lourdes, en fin de compte Distant Worlds est un show très peu rentable. Il faut vendre un nombre de places très conséquent par rapport à un show traditionnel, ne serait-ce que pour ne pas perdre d'argent. Ça explique pourquoi, pendant un an et demi, aucun producteur n'a réussi à le faire, qu'il soit petit et inexpérimenté par rapport à l'ampleur du jeu, ou gros et préfère ne pas s'investir dans un projet trop compliqué.

Le flyer de l'évènement Le Seigneur des AnneauxOn a clairement pris un risque face à la difficulté de la mise en place du show, et le prix a été une question centrale depuis le début de l'organisation. On a donc été choqués de la violence, parce que lorsque l'on compare ce qui est comparable, c'est quasiment la même chose que ce qui se produira trois mois avant avec Le Seigneur des Anneaux, à savoir un orchestre qui joue la bande-son du film en live. La licence est au moins aussi populaire que FINAL FANTASY, voire certainement plus, ce qui en fait un spectacle encore plus grand public. La configuration d'orchestre est la même, la vidéo est également diffusée en arrière-plan, donc c'est vraiment équivalent. C'est en plus organisé par un très gros producteur, Gérard Drouot, qui ne paye pas du tout les mêmes choses que nous de par son ancienneté et le nombre de productions à l'année. Et ses places sont au même prix que nous, avec un carré or bien plus grand.

L'Opéra Garnier de ParisOn n'essaye pas de se faire de l'argent sur les fans, non. Il faut surtout savoir que c'était ça ou pas de show. Quand on va à l'opéra, ça coûte plus cher qu'un concert de rock ou de pop, entre 200 et 250 € pour un ballet à l'Opéra Garnier. Quand j'étais à Paris Visual Prod, on a fait les concerts les moins chers du marché, par rapport à la marge de sécurité et au potentiel - la première venue de KOKIA, à Paris coûtait 29 € par exemple - et la même logique à été gardée pour nos deux tournées : une place pour Nobuo Uematsu coûte 44 € tandis que pour Distant Worlds, c'est 49 € en fond de salle et 69 € en placement traditionnel. Ces 20 € de plus payent les 100 musiciens, la licence, etc. Si vraiment j'avais eu une logique financière, je n'aurais pas produit l'évènement. J'aurais fait 10 concerts faciles sur lesquels j'aurais été sûr de gagner de l'argent, et surtout ne pas en perdre.

Je sais que la question du prix est une véritable barrière mais, heureusement, certaines personnes ont réussi à la franchir. Aujourd'hui, je défie n'importe quel producteur français de faire le show, en France, moins cher que ce que l'on propose. L'appel est lancé, et je suis curieux de voir à combien seront les places la prochaine fois. Pour moi et pour toute l'équipe, c'était vraiment un projet coup de cœur et c'est pour ça qu'on a voulu le faire, rien d'autre.

  • N'y avait-il pas un moyen de faire baisser les coûts en choisissant une autre salle ?
Dir en grey au Zénith en 2007En raison du calendrier, avec les dates de disponibilité d'Arnie Roth, de Nobuo Uematsu et des orchestres, on n'a pas eu beaucoup de choix de salles avec ce type de standing. À Paris, pour 3 500 places c'est simple, tu as deux salles : le Palais des Sports et le Palais des Congrès. Au-dessus, c'est le Zénith, et en dessous ça passe directement à 2 500 personnes, ce qui rend très difficile la production d'un tel show en comparaison des autres salles utilisées en dehors de la France. On ne pouvait plus amortir les coûts engendrés si on prenait une salle plus petite, et réserver moins d'un an à l'avance dans la capitale est très délicat.

  • Alors, malgré les commentaires, tu as récemment annoncé que les places VIP du samedi 12 janvier 2013 étaient complètes. Pas de "boycott" donc ?
Non, ça se vend bien. Sur le plus gros show, le samedi, c'est rempli à moitié. Les carrés or sont presque tous écoulés sur ce jour-là, et il en reste encore sur les autres jours. On note d'ailleurs quelque chose d'assez frappant, c'est que les personnes qui étaient les premières à se plaindre ont également été les premières à acheter leurs places.

  • Parlons de l'avenir de La Fée Sauvage. Peux-tu nous dire quels vont être les futurs projets de concerts ou évènements que tu organiseras avec ton équipe ?
Nobuo UematsuMalheureusement, je ne peux rien dire mis à part que des projets sont effectivement en cours. La spécialité de l'entreprise reste la musique japonaise, car c'est là où on est connus et respectés au Japon. On va donc continuer sur cette lancée, et dans plus de pays j'espère. Il faut savoir que c'est la première fois que je me lançais dans le jeu vidéo, et ça a été une très bonne expérience, mais Nobuo Uematsu est comme la superstar de ce milieu-là, et une superstar qui fait 3 500 places en France, c'est pas terrible. Certes, pour un artiste japonais, c'est génial… Par contre en terme de production musicale, ça n'est pas exceptionnel. On voit ça tous les jours avec un paquet de groupes occidentaux par exemple. Mais j'espère faire d'autres artistes du jeu vidéo japonais, et il y au moins un projet en discussion actuellement.

Yasunori Mitsuda et Nobuo Uematsu en 2006 pour Play! A Video Game Symphony à ChicagoOn m'en a parlé plusieurs fois, c'est tout ce que je peux dire. Après, je voudrais aussi revenir au monde de l'animé, que je connais mieux, ainsi qu'à la j-pop et au j-rock, mais ça se fera au fil des rencontres et des artistes qui ont envie de venir… Il est important de noter que n'importe quel artiste japonais qui vient en France fait forcément des sacrifices. Il peut soit accepté d'être payé moins cher qu'au Japon, soit pas du tout, et doit prendre sur son temps de promotion nippon - qui est très important - pour venir en Europe. Animetal avait notamment fait des répétitions supplémentaires et modifié la setlist complète du concert pour que ses chansons soient connues du public français, alors que le groupe gagnait trois fois moins qu'au Japon. Le premier concert de KOKIA, dédié à Paris, avait été entièrement monté par ses soins et toutes les répétitions d'alors avaient été faites dans le seul but de faire ce live. Il n'y a pas eu de tournée japonaise pour amortir son investissement humain à cette époque-là.

  • Ce sera la même chose pour Nobuo Uematsu ?
Tournée de Nobuo UematsuIl aura une semaine bloquée dans son emploi du temps pour préparer sa tournée française solo. Ce qui fait qu'il ne pourra pas assister à certaines dates de Distant Worlds, à Edinburgh et Kuala Lumpur, rien que pour les répétitions des quatre concerts à Paris et en Belgique. C'est un investissement qui va bien au-delà des concerts et ça, les gens n'en sont pas forcément au courant. Quand des artistes font ça, quel que soit le concert ou leur popularité, la plupart du temps, ça se fait dans la sueur. La sueur du producteur japonais, français, aussi bien que celle de l'artiste. Il n'y a pas d'argent facile, il suffit de regarder quels étaient les producteurs de concerts japonais il y a cinq ans et de les chercher à l'heure actuelle : il n'y en a plus un seul. De même, aucun artiste japonais ne vient à Paris en se disant qu'il peut faire de l'argent, ça n'est pas vrai. En revanche, je n'ai jamais vu un seul artiste nippon refuser de venir chez nous, bien au contraire.

  • Merci Julien pour avoir pris le temps de répondre à nos questions !
Merci à toi !

Partager cet article :  Partager : Total-Manga.com -  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview sur Wikio Partager : Total-Manga.com  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview sur FaceBook Ajouter : Total-Manga.com  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview à Yahoo!Ajouter : Total-Manga.com  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview à GooglePartager : Total-Manga.com  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview sur DiggPartager : Total-Manga.com  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview sur TechnoratiPartager : Total-Manga.com  La Fée Sauvage (Wild Faery) - Interview sur Live-MSN
DERNIERS COMMENTAIRES
2 commentaire(s) | Ajouter un commentaire
Posté le 07 Septembre 2012 à 18h04Par Gorkab Nitrix
Avatar de Gorkab Nitrix
A quel concert avais-tu assisté quand tu étais étudiant à Paris ?
Posté le 01 Septembre 2012 à 00h00Par Lennyblack
Avatar de Lennyblack
J'ai du mal à être sur la même longueur d'onde que le producteur sur le prix des billets... Je fais partie de ceux qui n'iront pas au concert parce qu'ils n'ont pas les moyens d'y assister dans de bonnes conditions... Les places du fond du Palais des Congrès, franchement, j'y ai goûté une fois quand j'étais étudiant à Paris et franchement, je veux/peux pas mettre 49€ là-dedans.

Sinon l'interview est intéressante. J'espère qu'on aura plus de concerts d'artistes d'animés (Kenji Kawai, Yuki Kajiura !!)