Magazine Manga ArtZone Espace Cosplay TM Mag Forum Blog Total Manga

Tetsuya Saruwatari


Article Tetsuya Saruwatari - Interview

Article rédigé par Mackie le 23 Septembre 2012 (dernière modification le 24 Septembre 2012)
Tetsuya Saruwatari, Japan Expo 2012Ce mois de septembre, nous découvrons en librairie le 32e tome du célèbre manga Free Fight, édité en France par Tonkam. Dans le même temps, nous avons récemment appris que le seinen se terminera avec un ultime 39e opus sans pour autant marquer la fin de l'univers puisqu'un spin-off de 3 chapitres vient juste d'être publié dans le Young Jump. Son nom : Devils×Devil -Kiryu in Paris-.

Paris, c'est justement là que nous avons rencontré l'auteur, Tetsuya Saruwatari. Le mangaka était en effet l'un des principaux invités de la 13e édition de Japan Expo. L'occasion d’échanger avec lui sur son parcours, sur son héros fétiche, Kiichi, et sur sa passion pour ce sport de combat méconnu, le Mixed Martial Arts… Bonne lecture !


  • Tetsuya Saruwatari et son interprète, Japan Expo 2012Bonjour monsieur Saruwatari et merci de répondre à ces quelques questions pour nos lecteurs français. Comment s'est passé votre séjour ?
Je suis très heureux de l'accueil qui m'a été réservé, j'ai été très touché.


  • Comment avez-vous débuté en tant que mangaka ? Vocation, circonstances, ou les deux ?
J'ai commencé à dessiner quand j'étais enfant, comme tout le monde, et j'ai toujours continué bien sûr, mais c’est à 22 ans que je me suis mis à réaliser des mangas. J'ai eu un prix à 23 ans et 6 mois plus tard je m'installais professionnellement à mon propre compte. Cela fait déjà trente ans de carrière !


  • Trente ans de carrière déjà, quel regard portez-vous dessus ?
Tomes 1 et 2 d'Umi no SenshiEn ce qui me concerne, j'ai débuté avec un manga sur le surf (il s'agit d'Umi no Senshi, un manga en 2 tomes prépublié en 1982 dans les pages du Shônen Jump, NDLR).

Cependant, à l'époque, ce qui était le plus commun, c'était les comédies romantiques. Comme vous pouvez le voir dans mes œuvres, je n'ai jamais été très doué pour dessiner des personnages féminins, donc ce n'était pas dans cette voie que je pouvais me lancer… J'aurais bien voulu commencer avec un manga d'arts martiaux mais, la même année, Tetsuo Hara lançait Hokuto no Ken, je me suis donc rabattu sur le surf.


  • Quelle sorte de mangas lisiez-vous dans votre jeunesse, étaient-ce déjà des mangas d'action et d'arts martiaux ?
Oui bien sûr, j'en lis depuis l'enfance (rires), et comme titres qui m'ont influencé je pourrais vous citer Ashita no Joe, mais aussi Otoko Ippiki Gaki Daisho de Hiroshi Motomiya (Otoko Ippiki Gaki Daisho est un manga à sujet social paru dans le Weekly Shônen Jump entre 1968 et 1973 et dont l’auteur, Hiroshi Motomiya, est surtout célèbre pour sa série Salaryman Kintaro, NDLR).


  • Parlons de Free Fight. Cette série est la continuité de Tough, centré sur l'adolescence de Kiichi et des entraînements orchestrés par son père. S'agit-il simplement de deux séries qui se suivent, ou bien sont-elles vraiment différentes ?
Free FightJe considère vraiment ces deux séries comme différentes, la première c'est Koko Tekkenden Tough, alias La légende du poing d'acier du lycée, c'est une série de lycéens, dans la jeunesse de mon héros, Kiichi.

Free Fight est une série d'arts martiaux professionnels, le simple fait que Kiichi gagne sa vie en faisant des combats la rend complètement différente. Même s'il est vrai que les deux, à la suite, montrent l'évolution du héros.


  • Justement, aujourd'hui Kiichi évolue dans un milieu très sombre, entouré de yakuzas, or c'est un héros très positif, avec une vraie morale. Pourquoi alors l'avoir situé dans l'univers du Dark Fight, au lieu d'un environnement professionnel classique ? Même ses ennemis pensent cela !
L'humain est faible en général et, poussé dans ses derniers retranchements, il peut être enclin à tuer, à utiliser tous les moyens pour s'en sortir. Et justement, je voulais montrer par contraste l'idée de justice que possède le héros, sa droiture, et sa volonté de ne pas transgresser ses propres règles.

Pour souligner cela, j'ai pensé qu'il était mieux de le placer dans un univers très sale, où tous les coups sont permis. Dans Free Fight, il maintient les règles que lui a transmises son père, qui finit paralysé, incapable de parler… Je voulais montrer comment Kiichi parvient à préserver l'esprit des enseignements de son père.


  • Kiichi est adepte d'une technique de combat particulière, que nous ne saurions prononcer sans l’ébrécher. Qu'est-ce que c'est exactement ?
Tetsuya Saruwatari, Japan Expo 2012(Rires) C'est le Nadashinkage ! Ce n'est pas un art martial à proprement parler, c'est un terme que j'ai inventé en m'inspirant des différentes écoles japonaises de l'art du sabre.

Ce nom contient aussi le terme Kage, qui est plus philosophique, à savoir : le fait de porter en soi une part d'ombre. Car vaincre un adversaire, c'est aussi vaincre une partie de soi-même, vaincre sa propre part d'ombre.


  • Le Free Fight, en tant que sport de combat, demeure relativement méconnu en France, sauf par les spécialistes et ceux qui vous lisent bien sûr. Vous, en tant que grand connaisseur, que diriez-vous aux Français pour leur donner envie de s'intéresser à ce sport ?
Ce que je veux expliquer, à tout le monde, c'est que le MMA, le Mixed Martial Arts, avait le moins de règles possibles à ses débuts, voire pas de règles du tout, ce qui a permis à l'origine de faire se confronter des combattants en provenance de différentes disciplines, de créer un terrain commun.

Évidemment, cela n'était pas sans danger, l'image en était très violente. Mais aujourd'hui, le MMA a évolué. Il y a une fédération, des règles très strictes qui ont été établies et, pour peu que l'arbitre fasse bien son travail, tout le monde s'affronte dans le respect de ces règles. C'est devenu presque moins dangereux que la boxe anglaise, où on compte hélas plus de décès que dans le MMA. C'est cela que j'aimerais que les gens puissent comprendre.

En ce qui concerne la France, je souhaiterais ajouter qu'il y a chez vous beaucoup de pratiquants du judo, et le judo forme des combattants très robustes, alors si la France voulait se mettre au MMA, avec tout ce potentiel, elle pourrait très bien tirer son épingle du jeu !


Oh oui, je le connais, et je l'ai interviewé à l'époque au sujet du K1. Je crois même lui avoir dédicacé mes mangas !


  • Revenons à Free Fight. Kiichi est très fort. Il résiste à des combats incroyables. Qu'est-ce qui le rend si fort ? Ne craignez-vous pas qu'il finisse malgré tout par mourir en combat ?
Kiichi, le tigre de Saruwatari(Rires) Il y a quelque chose d'inné dans ses talents, et puis il est devenu si puissant parce que ses adversaires eux-mêmes sont de plus en plus forts…
On dit chez nous que les tigres naissent puissants. Et Kiichi est un tigre.


  • Permettez-nous de vous poser une question qui sort un peu du sujet de vos mangas. Le Japon a connu une terrible tragédie l'année dernière. Pensez-vous qu'il appartienne à un mangaka, tel que vous, de faire quelque chose de particulier, de s'exprimer sur ce sujet ou, au contraire, pensez-vous que votre travail, comme pour tout Japonais, c'est d'aller de l'avant ?
J'ai effectivement beaucoup réfléchi à ce que je pouvais faire, moi, en tant que mangaka, alors dans une de mes histoires, Kizudarake no Jinsei, j'ai fait partir le héros comme volontaire pour aider les victimes. À titre personnel, je me suis contenté de faire ce que je pouvais à mon échelle, notamment des dons.

  • Merci beaucoup monsieur Saruwatari !

Avant son départ, monsieur Saruwatari a accepté de réaliser une dédicace de son fameux héros, Kiichi !
Dédicace de Tetsuya Saruwatari pour Total Manga, Japan Expo 2012Dédicace de Tetsuya Saruwatari pour Total Manga, Japan Expo 2012Dédicace de Tetsuya Saruwatari pour Total Manga, Japan Expo 2012









Remerciements à monsieur Saruwatari pour son temps et sa gentillesse. Merci également à son interprète et au staff de Japan Expo pour la mise en place de l'interview.

Partager cet article :  Partager : Total-Manga.com - Tetsuya Saruwatari - Interview sur Wikio Partager : Total-Manga.com Tetsuya Saruwatari - Interview sur FaceBook Ajouter : Total-Manga.com Tetsuya Saruwatari - Interview à Yahoo!Ajouter : Total-Manga.com Tetsuya Saruwatari - Interview à GooglePartager : Total-Manga.com Tetsuya Saruwatari - Interview sur DiggPartager : Total-Manga.com Tetsuya Saruwatari - Interview sur TechnoratiPartager : Total-Manga.com Tetsuya Saruwatari - Interview sur Live-MSN
DERNIERS COMMENTAIRES
2 commentaire(s) | Ajouter un commentaire
Posté le 24 Février 2016 à 12h40Par gagnerdelargent.tv (invité)
Avatar de Invité
un peu pres le style d'idee que je me fesait a propos de ce sujet, merci encore pour ce succulent billet.
gagnerdelargent.tv http://www.gagnerdelargent.tv/
Posté le 25 Septembre 2012 à 19h25Par Minali (invité)
Avatar de Invité
Excellente interview, j'aurais aimé y assister !