Magazine Manga ArtZone Espace Cosplay TM Mag Forum Blog Total Manga

Yasuhiro Irie


Article Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie

Article rédigé par Ramza le 26 Mars 2012 (dernière modification le 30 Mars 2012)
Yasuhiro IrieAprès notre rencontre avec Toshihiro Kawamoto, voici notre seconde interview réalisée en février dernier sur le salon Paris Manga. Il s'agit une nouvelle fois d'un spécialiste de la japanimation : Yasuhiro Irie, le réalisateur de Fullmetal Alchemist : Brotherhood.

Si ce célèbre anime a été au cœur de notre entrevue, nous sommes aussi revenus sur la carrière de monsieur Irie et sa passion pour le métier de réalisateur. Que vous soyez fan de FMA ou d'animation japonaise, il ne vous reste plus qu'à lire ce qui suit !


Le chemin jusqu'à Fullmetal Alchemist

Né le 30 mars 1971, Yasuhiro Irie est un chara-designer et animateur qui débute sa carrière dans les studios SUNRISE en 1992. Lorsqu'on lui demande ce qui l'a poussé à se lancer dans une telle carrière, il revient sur quelques œuvres qui l'ont marqué : « C’est en voyant Nausicaä au cinéma que j’ai décidé de me lancer dans l’animation. J’avais déjà ressenti une forte émotion en voyant Conan, le Fils du futur qui m’a fortement marqué.

En voyant Nausicaä j’ai ressenti à nouveau ce sentiment et je me suis demandé qui avait produit ces deux animations long-métrages.  Je me suis aperçu que c’était la même personne, Hayao Miyazaki, et voir que l’on pouvait susciter autant d’émotions avec juste de l’animation m’a donné envie de me lancer.

Je voulais concrétiser l’imaginaire avec l’animation. »

Il commence donc comme animateur clé sur des séries comme Mama wa Shōgaku Yonensei, ou encore des animes à mécha comme Genki Bakuhatsu Ganbaruger et Nekketsu Saikyō Go-Saurer en 1993.

Vision d'EscaflowneC’est sans doute ce qui lui vaut son premier travail important sur Vision d’Escaflowne, où il dirige l’animation sur l’épisode 21. Sa carrière ne décolle pas immédiatement et il retourne au poste d’animateur clé sur de nombreuses séries de 1994 à  2002 : COWBOY BEBOP, Utena ou Orphen par exemple.

Même s'il a toujours voulu être réalisateur, Yasuhiro Irie n'a pas gardé de mauvais souvenirs de ces années d'animateur clé : « Je ne considère pas ces années comme une expérience désagréable, mais plutôt comme un passage logique et nécessaire. Quand je suis rentré dans le monde de l’animation, je voulais déjà devenir réalisateur mais il me fallait d’abord apprendre et maîtriser les différentes ficelles du métier. »

C’est sur RahXephon qu’il commence à être reconnu et qu'il dépasse le cadre du simple animateur : il y dirige et anime l’épisode 19. Il croise ensuite, pour la première fois, la licence qui sera la plus importante de sa carrière : Fullmetal Alchemist. Il relativise cependant son travail sur cette première saison : « Pour la première saison j’ai travaillé sur le premier opening, en participant à sa réalisation, mais je n’ai pas participé à l’anime lui-même. Donc quand on m’a confié les rênes du projet Brotherhood,  j’ai choisi de l’aborder comme quelque chose de totalement nouveau. »

Gunparade MarchLa même année il multiplie les casquettes sur Gunparade March (chara-design, storyboard, animation des personnages, réalisation des épisodes, etc.) puis il obtient, pour la première fois, le poste de réalisateur avec Alien Nine et Kurau Phantom Memory. Il travaillera aussi sur les openings et quelques épisodes de SOUL EATER. 

Il est donc présent sur différents genres d'anime, mais il s'intéresse plus aux héros qu'aux thèmes abordés : « Plutôt qu'un genre, ce que je préfère c'est une histoire où le héros va arriver à surmonter des crises et va pouvoir aller au delà de lui-même, pour dépasser ses tourments intérieurs ou ce qu’il a pu subir par le passé.

J’aime que les protagonistes principaux aient une vraie soif de vivre et qu’elle soit transmise au spectateur. », précise-t-il.

Enfin on lui propose le poste pour lequel il est aujourd’hui le plus connu : la réalisation de la série Fullmetal Alchemist Brotherhood, pour les studio BONES.


Fullmetal Alchemist Brotherhood

Lorsqu'il arrive sur ce projet, il choisi de repartir de zéro : « J'ai vraiment approché cette seconde saison comme une nouvelle œuvre, en me basant sur le manga. Donc s’il y a des similitudes c’est qu’elles viennent du manga et non pas du premier anime.

La production et le sponsor merchandising nous ont cependant demandé de faire attention à un personnage : Roy Mustang, un personnage très populaire. On nous a demandé de faire attention à sa popularité et, si possible, de l’accroitre encore davantage. »

En discutant ensuite des spécificités de cette seconde saison, il met en avant un décalage entre le manga et l'anime : « les choses en plus par rapport au manga n’ont pas vraiment été des nouveautés, mais elles ont été parfois dévoilées avant le manga. En fait nous avons eu accès aux names de l’auteur, donc nous avons pu travailler sur les personnages, leurs réactions par rapport aux événements et leur destin. Et le tout avant que ça n’arrive sur le manga. »


Fullmetal Alchemist BrotherhoodMais cette avance s'est avérée être aussi un piège, comme il nous le confie dans cette anecdote : « Initialement, l’anime devait s’étaler sur un an mais il a finalement duré 15 mois. En fait, lorsque nous nous rapprochions du dénouement, on nous a appris que le manga allait continuer un peu plus longtemps que prévu. 


Ceci posait problème car nous allions dévoiler la fin de l’histoire bien avant que le manga ne se termine… La situation était donc très complexe. Nous envisagions alors de faire une pause, pour ne surtout pas révéler la fin du manga si tôt. Mais en entendant ça le producteur de la série nous a tout simplement dit : "oh non, pas la peine, produisez trois mois de plus, c’est bon." Et donc ça c’est décidé en deux temps trois mouvements.


D’un coté on avait donc toute la production, folle de joie car le problème était résolu, et de l’autre coté les animateurs. Quand la nouvelle est arrivée sur leur bureau, ils ont été très surpris : "On ne fait plus 52 épisodes ? 64 ? Mais tout était fait pour 52 !" Donc ça a été un peu la panique pendant un petit moment pour savoir comment aborder tout ça ! (Rires)

Le contrat devait en effet s’arrêter à 52 épisodes et plusieurs personnes du staff étaient attendues sur d’autres projets. Mais vu leur attachement pour cette série, tout le monde a déplacé son planning pour finir la série comme il se devait.

Et je souhaite vraiment les remercier pour ça ! »


Le métier de réalisateur

Alphonse de Fullmetal Alchemist, vu par Yasuhiro IrieC'est donc avec FMA Brotherhood que Yasuhiro Irie a confirmé que le métier de réalisateur lui allait parfaitement. Mais cela n'annule pas les difficultés pour autant, comme il nous l'explique : « la chose la plus pénible c’est d’avoir conscience de tous les domaines qui entrent en jeu dans un anime et de savoir les gérer. Si jamais un seul de ces domaines est en panne, va trop doucement ou même trop vite, ça risque de bloquer toute la machine.

Il faut alors prendre ses responsabilités et c’est le poids de ces responsabilités qui est le plus difficile. Mais lorsqu’on arrive à réaliser une œuvre qui plait au staff de production et qui séduit le public, c’est vraiment l’une des grandes joies de ce métier. »

Mais quels conseils donner à ceux qui voudraient suivre cette voie ?

« Ce qui me semble important c’est d’aimer l’animation. », insiste monsieur Irie avant de poursuivre : « ensuite il ne faut pas se limiter à l’animation et s’intéresser également aux films, aux romans… S’ouvrir à  tous les différents genres.


Irie en dédicace sur Ed, son personnage préféré de Cowboy BebopIl faut aussi savoir communiquer avec le public. Réaliser une œuvre c’est créer un style de communication vers le public et il faut en être conscient afin de l’utiliser intelligemment, pour pouvoir exprimer ce que l’on souhaite. »

Même s'il ne peut pas nous dévoiler ses futurs projets pour raison de confidentialité, nous lui demandons en conclusion s'il y a un titre ou un auteur qu'il rêverait d'adapter. La réponse ne se fait pas attendre : « Les mangas d’Igarashi Daisuke, dont j’apprécie autant les dessins que le scénario : Witches, LES ENFANTS DE LA MER et d’autres. »

Souhaitons qu'il puisse avoir cette opportunité !


Remerciements à Yasuhiro Irie pour son temps, son humilité et sa gentillesse. Merci également à Emmanuel Bochew, son agent et interprète sur Paris Manga.

Partager cet article :  Partager : Total-Manga.com - Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie sur Wikio Partager : Total-Manga.com Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie sur FaceBook Ajouter : Total-Manga.com Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie à Yahoo!Ajouter : Total-Manga.com Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie à GooglePartager : Total-Manga.com Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie sur DiggPartager : Total-Manga.com Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie sur TechnoratiPartager : Total-Manga.com Yasuhiro Irie - Rencontre avec Yasuhiro Irie sur Live-MSN
DERNIERS COMMENTAIRES
0 commentaire(s) | Ajouter un commentaire
Pseudo :
Commentaire :