Magazine Manga ArtZone Espace Cosplay TM Mag Forum Blog Total Manga
DOSSIER

Conférence Moriyasu Taniguchi – 05/07/2009

Né en 1943, Moriyasu Taniguchi est ce que l’on peut appeler un vétéran de l’animation japonaise. À son actif des grands classiques, tel City Hunter, Capitaine Tsubasa et Ken le survivant.

Issu du milieu de la publicité, il a ensuite fait ses armes sur des séries d’Osamu Tezuka. Au début des années 80, il créa le studio d’Anime Art basé à Osaka. C’est une des particularités d’Anime Art que d’être assez isolé de Tokyo, où l’on trouve la plupart des studios d’animations. Cela leur a valu d’avoir moins de travail et donc plus de temps pour peaufiner l’animation de leurs projets.

Moriyasu Taniguchi est avant tout un vrai animateur et non un character designer. Il est notamment connu pour être l’un des rares à savoir animer les kimonos des samouraïs. Il a d’ailleurs travaillé sur plusieurs séries de samouraï, dont Kenshin, Samouraï Champloo et Samouraï 7.

Invité de la Japan Expo pour une conférence assez spéciale, monsieur Taniguchi s’est prêté au jeu des questions / réponses tout en terminant sous nos yeux une illustration de City Hunter.

Quel a été pour vous l’anime le plus dur à réaliser au cours de votre carrière ?
MT : Gatchaman et Samouraï Champloo.

Quelle série a été la série la plus marquante de votre carrière ?
Votoms, City Hunter et surtout Samouraï Champloo. J’ai vraiment pu m’exprimer à travers ces animes. Je suis très fier et heureux d’avoir pu travailler sur ces trois séries.

Comment est née cette passion pour l’animation, le métier d’animateur ?
Lorsque j’ai commencé, il n’y avait quasiment pas d’animes à la télévision. Je travaillais dans la publicité où je réalisais des spots de pub en dessin animé. Puis lorsque les pubs animées ont commencé à être peu à peu remplacées par des films avec des acteurs, je me suis tourné vers l’animation.
D’autre part, j’étais passionné par le cinéma et en particulier les films français de Godart, qui utilise beaucoup de scènes au ralenti. C’est là qu’est né le plaisirs d’animer les choses.

Connaissez-vous Tintin ?
Oui, je connais Tintin de nom. Mais je suis surtout un inconditionnel de Moebius. Je suis un grand amateur de ses œuvres.

Quels conseils donneriez-vous à de jeunes animateurs comme nous ?
Il faut dessiner tout le temps. Ayez tout le temps de quoi dessiner sur vous et entrainez-vous constamment. Apprenez à dessiner et pas seulement faire des illustrations. Il faut savoir dessiner toutes les parties du corps et dans toutes les positions. Pas seulement de face mais aussi de profil. Qu’il soit dans une voiture, en train de marcher, attabler, il faut savoir le dessiner sous tous les angles. Toutes les scènes de vie sont importantes et susceptible d’apparaître dans un film, il faut pouvoir les dessiner.
Le problème dans l’animation, c’est que beaucoup de personnes qui y travaillent sont plus des illustrateurs que des dessinateurs. Ils sont capables de faire des dessins très dynamiques mais ne sauront pas dessiner un personnage dans les positions intermédiaires. Alors travaillez le dessin dans sa globalité.

Quelle est la partie du corps la plus difficile à dessiner ?
La partie basse, située entre les hanches et les pieds. Réussir à animer les mouvements de marche, de course ou de sauts et autres acrobaties sont de vrais défis pour les animateurs.

Quelle est la nature de vos relations avec le character designer ?
Cela se résume à beaucoup de réunions avec le réalisateur et le character designer. Tout est question de longues discussions autour du personnage pour parvenir à le cerner parfaitement.
Sans cette entente, le travail d’animation n’est pas possible. Il faut comprendre le caractère du personnage, définir ses proportions et son allure, sa façon de se mouvoir. C’est très important.

Quelle différence y a-t-il entre l’adaptation d’un manga et la création d’un OAV ?
La différence est d’abord financière. Pour un OAV, il n’y a pas besoin de payer les droits sur les personnages et l’univers.
La deuxième différence, c’est évidemment la liberté d’action. Elle est réduite pour les adaptations de manga car il faut respecter l’œuvre d’origine.

Quelle est la marge de manœuvre dans le cas d’une adaptation ?
Il y a un point qu’on ne peut pas dépasser, car le manga original définit des limites sur ce qu’un personnage peut ou ne peut pas faire.
D’autre part, la pression est divisée de moitié. L’univers et l’histoire, tout ça est une pression en moins pour le studio car c’est la création de l’auteur. Pour un OAV, toute la pression retombe sur le studio d’animation en cas d’échec.

Vous qui avez travaillé sur des séries de mécha, comment voyez-vous l’émergence de l’animation par ordinateur ?
On a réussi à obtenir plus de fluidité dans l’animation des robots. On a gagné en qualité et en beauté. Mais d’un autre coté, je regrette que les animateurs ne dessinent plus. Lorsqu’on dessine, on ressent tout le poids et la force des mouvements animés.
Donc si l’on gagne en esthétique, on perd en ressenti.

Propos recueillis et adaptés par Bakasan pour Total Manga le 05/07/09 à la Japan Expo
Rédigé par Bakasan le 03 Juillet 2009
> Aller au sommaire
COMMENTAIRES
24 commentaire(s) | Ajouter un commentaire
Posté le 31 Juillet 2009 à 03h01Par Phae (invité)
Avatar de Invité
Et quand Genji arrive dans sa classe et demande qui c'est le plus fort avant de le corriger : Copier-coller de Bad Company avec Ryuji, ce copiage looool. Bon, je cesse de polluer le topic, il y aura sûrement d'autres ressemblances en plus.

En tout cas je suis curieux d'avoir les impressions de ceux qui connaissent Young GTO du coup^^
Posté le 31 Juillet 2009 à 02h51Par Phae (invité)
Avatar de Invité
PS : J'aime pas les double post, mais j'oubliais le gars avec le masque et coiffé bizarrement, qui est le parfait clone de Tamura en "blond"
Posté le 31 Juillet 2009 à 02h50Par Phae (invité)
Avatar de Invité
Ma parole, ça me fait trop penser à Young GTO tout ça, Shonan Junai Gumi pour les puristes lol. Déjà le concept de yankees/racailles de lycées regroupés en bandes qui se battent, c'est très ressemblant. Mais là j'en suis au début, et Genji fait trop Ryuji Danma, nouveau qui vient d'arriver et qui veut régner sur le bahu, et qui veut défier le gars "en place", Serizawa, qui serait donc Onizuka.

C'est d'autant plus vrai que la scène que je regarde ressemble beaucoup au manga : Danma débarque sur la terrasse pendant que Onizuka s'amuse avec ses potes et montre son caractère de plouc, et il le défie. Là, Genji arrive sur la terrasse et défie Serizawa qui paraissait pour un plouc quand il jouait au mahjong avec ses 13 Orphelins. De même qu'au tout début, on sent une rivalité complice, comme Danma et Onizuka. Bref, j'en suis qu'au début, mais pour moi ya beaucoup de points communs avec Young GTO et Bad Company.
Posté le 30 Juillet 2009 à 23h46Par Bakasan
Avatar de Bakasan
Cette petite erreur est due au site de la Japan Expo qui le présente ainsi. Je corrige ça vite fait après vérification. Merci
Posté le 27 Juillet 2009 à 15h17Par Jess (invité)
Avatar de Invité
Monsieur Taniguchi n'est pas le directeur du studio anime Art : mais Anime R ;) Petite erreur que beaucoup font.
Posté le 12 Juillet 2009 à 23h09Par Ludo
Avatar de Ludo
les liens c'est fait exprès, pour éviter que les gens en abusent.
Posté le 12 Juillet 2009 à 23h01Par Serwan
Avatar de Serwan
Oui je me doute :P

Mais pour faire un lien propre c'est utile quand même.
Posté le 12 Juillet 2009 à 22h52Par Ludo
Avatar de Ludo
parce que c'est chiant à faire :p
Posté le 12 Juillet 2009 à 22h50Par Serwan
Avatar de Serwan
C'est un vrai Lover le Mouss :P

Mais heu pour quoi dans les commentaires on as pas les smileys et les balises comme sur le Forum ?

Ludoooooooooooooooooo au boulot.
Posté le 12 Juillet 2009 à 22h19Par Jean-Marc
Avatar de Jean-Marc
Je n'y suis pour rien, c'est Mouss le charmeur ! ;)